Publié par : traveling meerkat | 18 juin 2012

Il était une fois un Panda et une Suricate…

17.06. 


ça fait déjà presque 2 semaines que j’ai quitté le Chili… C’est fou comme le temps passe vite par ici ! Et enfin je vous présente Panda

ImageRetrouvée comme prévu à San Carlos de Bariloche

Alors une panda et une suricate en voyage ça donne de bons délires, des bons ptits plats (vous serez surpris de savoir qu’on me fait des compliments sur ma cuisine ! ), du rhum, encore du rhum, du fernet pour Panda, et beaucoup beaucoup d’histoires ! Que des bonnes choses pour résumer.
Autour du village « Suisse » de Bariloche, où je me suis vue proposer de payer pour poser avec des Saint Bernards et où le chocolat n’a rien à envier à la Suisse, le lac et les montagnes se disputent la vedette! Dur d’aller aux refuges à cause de la neige (encore une bonne raison de revenir en été !)… Nous nous sommes donc contenter d’une ballade au Parc Llao Llao, avec un stop au Cerro Campanario, classé par National Geographic comme l’un des plus beaux belvédères du monde. Bon ce n’est pas l’Unesco mais quand même !

ImagePoint de vue du Cerro Campanario

ImageParc Llao Llao, Secret Lake

Mon « talent » de photographe ne leur fait cependant pas hommage. Je fais de mon mieux ! Histoire de ne pas rester frustrée plus longtemps et de changer de décor direction El Bolson. Ah. El Bolson. J’en connais plus d’un qui seraient tout à fait à leur place ici ! Je vous plante un peu le décor: village hippy au milieu de nul part, possibilité de camper partout, lac immense non loin pour les pic nics, festival de métal un jour, concert de reggae le lendemain, té ou maté de yerba, et bien sûr un stand de la Feria Artesanale avec tout ce qu’il faut pour faire le bonheur des amateurs de cigarettes « naturelles » et sans tabac, de la bouteille décorée avec une paille en tourbillon à la petite boîte toute mignonne pour moudre le tout. J’ai même vu des « philtres d’amour » en vente sur le stand d’à-côté. ça vous fait pas rêver ça ?

Le seul problème là bas, en tous cas pendant mon séjour, c’est la pluie. C’est déjà pas drôle la pluie quand j’ai la possibilité de parler avec des gens mais alors quand je ne peux que parler Espagnol ça devient vite galère. Une fois épuisé mon stock de vocabulaire et ma patience avec moi-même bien entamée j’ai attrapé le bus quotidien pour Buenos Aires : 23h dans un bus cama chauffé, encore mieux que l’avion avec des repas toutes les 2 heures ! Sont fous ces Argentins.

Après plus de deux semaines sans mettre les pieds dans une grande ville je retourne finalement à la civilisation. Et là j’ai appris que les chauffeurs de taxi parisiens conduisent super bien en fait ! Je ne suis pas du genre à avoir peur en voiture. Loin de là. Mais j’avoue que quand le chauffeur fait exprès de s’arrêter à 3mm du taxi d’à-côté et d’accélérer/ freiner brusquement parce qu’il aime pas la tête de l’autre je ne suis pas forcément à l’aise ! Il paraît qu’on s’y fait. Personnellement je vais juste éviter les taxis en ville autant que possible. ça me fera pas de mal de marcher vu ce que j’avale depuis que je suis ici !! Faut dire qu’ils sont pas mauvais ici niveau bouffe, surtout pour ce qui est de la viande : Bife de Chorizo pour moins de 10€, c’est à dire 650g de barbac’ cuite au four à bois, tendre à souhait (Servane c’est pour toi ! Ici tu peux prendre des steaks sans problème) et avec des frites maison. Franchement du bonheur ! Et pourtant je ne suis pas forcément fan de viande rouge. La viande n’est bien sûr pas la seule raison pour laquelle on vient avec plaisir à Buenos Aires…

ImageMes compagnons de dortoir, toutes françaises, et Lhuidi, Brésilien

La fête peut ici prendre une nouvelle dimension… Surtout après un peu plus d’un mois de voyage. La dernière fois que je suis allée danser ça devait être à La Paz c’est dire ! Après avoir marché toute la journée la sieste se fait quelque part entre 19 et 21h, histoire d’être prête pour le dîner : rendez-vous pas avant 22h ! Vers minuit, le ventre plein direction les bars histoire de digérer, et entrée en club généralement à partir de 2 ou 3h. Et bien sûr on oublie pas le petit dèj’ entre amis vers 7 ou 8h pour bien dormir. C’est un rythme qui ne me convient pas trop mal ! Mais tous les jours c’est dur si je veux visiter un minimum… Je pense que je vais rester un peu plus longtemps que prévu. Il faut bien que je me lasse de cette vie nocturne pour retourner m’isoler au fin fond de je ne sais où ! Et je ne peux pas partir sans apprendre à danser au moins un minimum. C’est aussi une grande différence avec une bonne partie des boîtes/ lieux dansant que j’ai fait jusqu’à maintenant, ici tout le monde sait danser seul ou en couple. Le zouk (le vrai pas le truc que certains dansent en France pour s’exciter et choper), la samba, salsa, tango, dubstep… C’est tout aussi sympa à regarder qu’à danser!

ImageAllez, bonne soirée les copains !

Publicités

Responses

  1. Tes photos de Cerro Campanario trouent l’cul! Arrêtes de te foutre de nous! J’irais bien y boire une bière…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :