Publié par : traveling meerkat | 26 mai 2012

Ce n’est qu’un au-revoir !

Après toutes ces émotions il était temps de se poser un peu. Pour ça San Pedro De Atacama s’est révélé le lieu parfait ! On a galéré un peu à la frontière, les douaniers Chiliens n’étant apparemment pas réveillés à l’heure… 5h entre la frontière bolivienne et la frontière chilienne c’est un bon score !

Et bien sûr ils fouillent tout à la main...

Et bien sûr ils fouillent tout à la main…

Une fois à San Pedro tout a été beaucoup plus simple. On s’est posé dans un hôtel calme avec plein de chats partout et des hamacs dans le jardin. Dès le premier soir on s’est retrouvé à regarder les étoiles dans le désert de Atacama avec comme professeur Alain Maury, astronome français ancien chercheur au CNRS. Pour information il a découverts plusieurs astéroïdes et comètes, dont 2 portent son nom. Plutôt classe d’avoir un astéroïde à son nom ^^ On a donc passé quelques heures à l’écouter et à le regarder nous montrer les étoiles, d’abord à l’œil nu grâce à un super sabre laser, puis à travers des télescopes énormes. Au moins je sais maintenant que la constellation qui ressemble à un carré dans le ciel est en fait un corbeau… C’est évident, non ?
Après cette expérience particulière sous un ciel plutôt classe on a profité du coin pour se balader dans les alentours : la Valle della Luna, Valle della Muerta…

Imageetc etc

Le Chili s’est comme la Bolivie, c’est dur ! La preuve, après quelques jours de pause direction Santiago : 23h de bus rien que ça. Heureusement que leurs bus sont confortables et plus chauds que ceux de Bolivie !

ImageUne fois sur place Max nous a accueilli comme il se doit

ImageEt nous avons même retrouvé Cécile !

Le retour à la ville est tout de même difficile. Santiago ressemble beaucoup aux villes européennes au niveau de l’atmosphère. La grosse différence avec la Bolivie est la possibilité de rencontrer des locaux facilement. Les gens nous parlent et dès qu’ils voient qu’on baragouine un peu d’espagnol essaie d’engager la conversation. Les barrières sociales se font beaucoup moins ressentir et ça c’est plutôt positif ici ! Par contre pour les comprendre c’est une horreur : ils parlent vite, articulent peu et utilise l’argot chilien en permanence. Mais on s’y fait peu à peu… Par contre être à Santiago ça veut dire retour au métro et à la pollution.

ImageAu moins ça donne de jolies couleurs au ciel

Après une escale à Valparaiso et un coucher de soleil à Vina del Mar il est temps de se diriger vers l’aéroport

After a stop in Valparaiso and a sunset in Vina del Mar time to go back to the airport for the departure of Mad Squirrel

Imageet de dire au-revoir à la Mad Squirrel

Et depuis son départ et bah ici il pleut … Du coup direction la région des Lacs, Pucon, histoire de se poser dans une ville bien plus petite que Santiago. C’est beaucoup plus agréable de réfléchir avec un volcan et de la nature aux alentours qu’entre le métro et les tours de banque 😉

Publicités

Responses

  1. Y a une constellation en forme de Suricate?

    • Pas encore à ma connaissance… Mais tu peux compter sur moi pour en trouver une !!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :